Mai 192014
 

La XXIIe mission, de septembre 2013, a permis d’initier la première étape du processus de développement de la Voûte Nubienne au sein du village.

Cette architecture bioclimatique en terre crue, développée par une ONG du même nom, est sans doute la meilleure alternative économique, et écologique aux habituelles constructions en béton et tôles.

Cette première étape vise à remplacer l’actuel bâtiment du moulin à mil communautaire, trop petit, et dans lequel il fait une chaleur étouffante, par un bâtiment plus grand en voûte nubienne.

Ce chantier a plusieurs objectifs :

> former les villageois qui le souhaitent à cette technique ;

> permettre aux villageois de comprendre réellement l’intérêt de cette architecture (isolation thermique, solidité, grosse économie en matériaux) ;

> préparer le projet plus ambitieux de construction de l’atelier de fabrication de farine infantile BAMISA selon cette technique ;

> A terme, si les villageois sont convaincus par l’intérêt de cette architecture, il serait envisageable de faire du village une « zone pilote » destinée à promouvoir la voûte nubienne dans la région de Dapélogo, faire émerger un marché potentiel et donc développer une activité économique de maçonnerie pour les villageois qui auront été formés.

 

Le chantier de ce premier bâtiment a été lancé en mars 2014, et le gros oeuvre (murs et voûte) a été achevé 15 jours plus tard.

Salif, notre délégué local, nous a envoyé les photos du chantier :

Salif s’occupe actuellement de faire fabriquer sur mesure les portes et fenêtres nécessaires au bâtiment.

Et le maçon reviendra plus tard pour achever les finitions, notamment en réalisant un crépi extérieur imperméabilisant à partir d’un mélange de terre et goudron.

Enfin, Salif va s’occuper de faire venir un mécanicien pour installer convenablement le moulin à mil à l’intérieur du bâtiment, et installer convenablement les évacuations des gaz d’échappement et du système de refroidissement du moteur.

L’ancien bâtiment du moulin à mil, situé juste à côté, pourra être utilisé pour stocker les céréales en attente de mouture. En effet, nous avons appris lors de la dernière mission que le moulin est régulièrement utilisé par des villageois venant parfois de plusieurs dizaines de kilomètres du village, et qui restent plusieurs jours au village en attendant de faire moudre leur grain.

Apparemment, d’après Salif, les villageois sont d’ores et déjà très satisfaits du résultat.

Nous pouvons donc sereinement entamer la deuxième phase du projet, à savoir initier, en 2015, la construction de la première partie du bâtiment de l’atelier BAMISA, un bâtiment en voûte nubienne de 56 m² en trois pièces, avec (difficulté supplémentaire), une dalle en béton (plus facile à lessiver qu’un sol en terre battue), et des paillasses en béton carrelées.

 Leave a Reply

(required)

(required)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.