Juil 192012
 

Au Burkina, et même plus largement en Afrique, la notion de « véhicule en état de rouler » est sensiblement différente de la vision occidentale. En 2006, Tristan et Camille ont eu la malchance de constater cela, et à de multiples reprises !

Accompagnés de leur guide et d’un chauffeur, ils prennent la piste en direction du village, à bord d’une vieille mercedez. Par précaution, le chauffeur avait embarqué trois roues de secours, car les crevaisons, sur les pistes, étaient fréquentes (la piste n’était pas encore goudronnée), et, surtout, parce que les pneus « en bon état » en Afrique sont ceux que nous jetons en Europe car ils sont trop usés (parfois jusqu’à la toile !).

Comme on pouvait s’y attendre, la voiture a crevé. Le chauffeur commence donc à changer la roue… et constate que le cric peine à soulever la voiture. Il y parvient cependant, et la roue est changée. Mais il s’avère que la première roue de secours est … crevée (ou dégonflée). Qu’à cela ne tienne, il reste deux autres roues de secours !

Hélas, les deux autres roues de secours ne fonctionnent guère mieux … et pour achever l’histoire le cric casse au moment de changer la roue pour la troisième fois.

L’équipage de la voiture décide donc d’arrêter un véhicule circulant sur la piste pour demander de l’aide. Un pick-up s’arrête, et gentiment nous prête son cric. Mais, aussi incroyable que cela paraisse, le cric est … trop petit pour soulever la voiture ! il faut donc trouver des blocs de pierre pour les placer sous le cric. Tout ça pour constater que la troisième et dernière roue de secours est … crevée.

Nous voilà donc coincés, et obligés de marcher à pied jusqu’aux faubourgs de la capitale, Ouagadougou (10-15 km).

Le chauffeur nous incite alors à remonter en voiture, pour rouler tant bien que mal (!!) jusqu’au premier village qu’on rencontrerait. Nous étions alors 6 personnes dans la mercédes, et, comme on pouvait s’y attendre, le pneu crevé n’a pas résisté, et nous avons fini par rouler sur la jante.

Arrivé au premier village, le chauffeur a fait réparer un des pneus, puis il a recruté une dizaine de jeunes pour soulever la voiture (et donc faire office de cric !) pendant qu’il changeait la roue.

Il n’y a qu’en Afrique qu’on peut voir ça !

 

 Leave a Reply

(required)

(required)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.