Les Voûtes Nubiennes

 

Depuis 2014, le village de Kinsi est rentré dans un processus de développement de la voûte nubienne. Appuyé par l’association La Voûte Nubienne, fondé par le français Thomas Garnier, Charleval Andelle Massili a trouvé là le moyen de développer des projets d’envergure à des coûts abordables. Tout d’abord un premier bâtiment pour remplacer l’ancien bâtiment du moulin à mil. Puis finalement la construction d’une petite usine dite Unité de Production Artisanale.

Le traditionnel bâtiment en tôle et béton a le désagrément d’être un véritable four en saison chaude. Il nécessite l’acheminement de matériaux sur le site pour la construction et donc coûte cher. La voûte nubienne nous offre exactement l’opposé. Elle offre sa capacité de régulation de la chaleur et le prix est abordable puisque les matériaux sont issus du marigot.

La construction d’un bâtiment est souvent l’objet de beaucoup de désirs des villageois car c’est une structure visible. Elle apporte concrètement et visuellement la preuve qu’une association aide le village. Et le bâtiment est souvent le point de départ pour la création d’une nouvelle activité. Nous nous souvenons de la maternité ou des latrines qui ont été de gros projets pour les villageois qu’ils valorisent encore aujourd’hui.

Mais un bâtiment coûte trop chère pour une petite association comme Charleval Andelle Massili. Et un projet n’est pas seulement un bâtiment. Il comprend tous les autres éléments qui feront du projet quelque chose de fonctionnel : électricité, eau, ustencils, outils, meubles… La facture s’allonge rapidement. Alors quand les premiers devis ont été annoncés, il a fallu se rapprocher d’un organisme tiers pour mutualiser les ressources: Nous avons choisi le Secours Populaire. Ce projet est donc un financement croisé entre la Région Haute Normandie, Le Secours Populaire et l’Association Charleval Andelle Massili.

L’autre point positif est que l’esthétique du bâtiment a convaincu les villageois. Ils sont fiers de leur bâtiment. En même temps, cela entretient des relations saines avec les villageois, qui doivent fournir le travail de fabrication des briques et de la maçonnerie.

Nous espérons que la construction de tous ces projets vont amener les villageois à se former et peut-être devenir des maçons à leur tour. L’objectif étant qu’à terme les villageois soient dans une économie autonome.

 Leave a Reply

(required)

(required)