Mai 312018
 

Enfin! L’irrigation par Goutte à Goutte est un chantier qui va être lancé dans les prochains jours. L’argent a été viré et les devis ont été signés. Le calendrier dressé pendant l’Assemblée Générale a donc été respecté.

Le système d’irrigation attendu depuis presque 10 ans va voir le jour juste avant la saison des pluies. C’est une très bonne nouvelle pour les villageois qui l’attendaient avec impatience. L’irrigation est un travail fastidieux et long lorsqu’il faut le faire avec un arrosoir ou une pompe à pied. Et l’efficacité n’est pas aussi bonne qu’avec le Goutte à Goutte : en terme de rendement agricole mais aussi en gestion des ressources en eau. Au Burkina Faso, l’eau est une denrée rare qu’il faut savoir utiliser avec parcimonie.

Pour arriver à terme, ce projet comprend trois phases : 1 – Nous finançons d’abord le système d’irrigation, 2 – une formation dispensée par le CEAS va permettre de former les villageois à l’agro-écologie et 3- plus tard, un forage profond pour garantir les besoins élémentaires en eau potable. Tous les forages étant à sec actuellement. Ce fut une demande des villageois lors de la précédente mission.

L’engagement de l’association ces derniers jours a donc porté ses fruits puisque l’association a le budget pour couvrir le devis avec 2000€ sur le compte. 993€ iront au système d’irrigation. 200€ sert à financer les déplacements et le temps que Salif, notre correspond, prend pour travailler aux missions de l’association. Avec les attentats, les touristes ne viennent plus beaucoup au Burkina Faso et ses revenus par la vente de son artisanat sont maigres (voire inexistants). C’est donc aussi faire oeuvre de solidarité envers Salif que de lui verser cette somme. Le restant ira à la formation en agro-écologie. 

Pour plus de détails : Le réservoir choisi est un Polytank de 2000 litres entouré d’un cadre métallique. C’est la société Atelier de Construction Métallique qui nous le fournira.

Associé à cela, deux kits d’irrigation de 500m² ayant 8mm de diamètre permettront d’arroser la parcelle. Ceci comprend les tuyaux mais aussi les systèmes d’amené d’eau. C’est l’entreprise Irrifaso qui fournira ce point technique. 

C’est toujours le CEAS qui supervise l’ensemble du processus. Il est évident que nous autres, français, nous n’avons pas les compétences pour mettre en place un tel projet. Demander assistance et appuis pour la réalisation de ce Goutte à Goutte et l’accompagnement des villageois dans son utilisation ne peut que se faire par des acteurs implantés dans le territoire, connaissant les spécificités du pays (météo, cultures agricoles, comportements humains, habitudes…).

Pour conclure : le Goutte à Goutte est un des piliers de l’engagement de l’association pour la malnutrition avec le projet Bamisa. Chaque projet que fait l’association est logique et s’articule, se renforce. Ils consolident les acquis en permettant d’augmenter les rendements agricoles en légumes et céréales, répondre à la contrainte climatique des milieux désertiques qui s’accentuent avec le réchauffement climatique. 

Nous espérons que grâce à tout cela, Kinsi sera un jour un village où il fera bon vivre. 

 

 

 

 

 Leave a Reply

(required)

(required)