actualités/agenda

Mai 102017
 
  1. Les chaises : nouveau mobilier

Quelques photos de Salif après sa visite régulière au Village pour suivre les progrès du projet Bamisa.

Daniel dans le bâtiment principal, les femmes utilisent le rebord de la fenêtre pour poser les sacs

L’UPA est utilisée puisque la barrique métallique n’est autre que le grilloir nécessaire pour torréfier les grains avant la moud de la farine. 

Les chaises font partie du mobilier, comme les tables et la paillasse carrelée. Ces chaises viennent juste d’être achetées. 

Il reste de nombreux éléments à acheter pour finaliser l’Unité de production. Des seaux, des bassines, des cuillères, des passoires, des bidons, des grilloirs, des petites tables, des plus grandes tables, des séchoirs, des étagères seraient à envisager si nous voulons voir pour cette UPA un outil de travail fonctionnel et performant.

Il faudra donc préparer une nouvelle mission comme chaque année pour étudier avec les femmes ce qui leur manquent. Il reste aussi la dalle de béton extérieur servant de réceptacle pour les eaux usées. 

Mais comme toujours au Burkina Faso, le temps s’écoule différemment qu’en Europe et les choses prennent leur temps. 

Même si l’outil de travail est déjà en production nous ne pouvons pas parler de projet finalisé. 

 

Fév 022017
 

1. Les grands axes

La mission XXIV s’est terminée le 23 janvier 2017. Elle a permis d’inaugurer l’Unité de production artisanale et récupérer l’ensemble des factures pour la Région. C’est deux gros points ont été réalisés avec succès. Remplir le dossier demandé par la région faisant état de la bonne réalisation du projet ne devrait être qu’une formalité. 

2. Le soja : le nerf de la guerre

Pour le reste, l’information importante de cette mission est au sujet de la culture du soja. Le soja est une des bases alimentaires essentielles de la farine Bamisa. Il apporte les nutriments manquants pour les bébés. Jusqu’alors les femmes achètent le soja à Ouagadougou. Les déplacements à Ouagadougou et les acheter coûtent chers et ne permettent pas une économie autonome. 

Eric a donc l’idée de payer une formation aux villageois pour apprendre la culture du soja. Parcelles, pompes à pied, outils, tout est déjà là grâce à la mission de septembre 2012 et janvier 2013, pour permettre cette culture. Monsieur Yanogo du CEAS n’a pas pu être rencontré. Mais  il est sûr que le prochain point à développer au village est celui-là. La saison des pluies commençant en juin, nous espérons financer cette formation dans les mois à venir. Le coût d’une telle formation pour plusieurs vilageois devrait être de 700€ maximum.

Nous restons fidèles à notre devise : « Si tu veux aider quelqu’un, ne lui achètes pas du poissons, apprends lui à pêcher ».

Pour le moment Eric a assuré les besoins de base en achetant 100kg de graines de soja. 

3. L’installation du bâtiment

Pour les bâtiments, Eric a vu avec Salif pour s’assurer que les eaux de ruissellements seront bien canalisés. Nous avions lu sur internet les déboires de certaines constructions en voûte nubienne. Leur point commun était une mauvaise gestion des eaux de ruissellement. Cinq gros sacs de ciment de 50kg ont été achetés pour couler une chape de béton servant de rigole. Elle devrait pouvoir empêcher toute infiltration ou humidification excessive de la structure qui est en terre crue. Ceci a pu être financé directement lors de la mission.

A savoir : l’UPA est déjà utilisé pour faire un maquis bébé. Et l’apport d’éclairage a fait bouger le centre du village autour des bâtiments. Ceci est de bonne augure pour la suite. Le soude sac a pu être branché et fonctionne parfaitement. L’UPA est donc fonctionnelle dans les grandes lignes. 

Pour le mobilier, la paillasse carrelée a été posée permettant une bonne hygiène. 

Le moulin à mil va être fini de payer dans les semaines à venir, en partie grâce à la subvention de la ville de Charleval. L’UPA pourrait donc rentrer en totale production dans les 6 mois à venir. L’entreprise de vente de moulins, nous a fait une facture en prévision. 

Comme vous pouvez le voir sur l’animation 3D d’une UPA, les grilloirs sont un élément important pour la confection de la farine. Eric a pu en acheter un, ce qui permettra d’équiper l’UPA rapidement.  

 

Unité de production Bamisa type from thoms on Vimeo.

4. La culture au goutte à goutte

D’ailleurs pour les missions futures, l’arrosage par goutte à goutte a été relancé. L’idée est d’utiliser les bâtiments comme collecteur d’eau de pluie. Une gouttière viendra recueillir l’eau et un réservoir à proximité permettra de la stocker. Des champs pour la culture des légumes partiront des bâtiments. L’autre avantage de cette idée est l’ombre porté du bâtiment sur les champs qui devrait limiter l’évaporation. Les villageois sont très contents de cette nouvelle. Bien évidemment, au regard des projets à financer, pour le moment nous devons faire des choix. Mais tout est encore possible pour cette année. 

5. Les fournitures scolaires

L’école a été mieux aidée que l’année passée. Les maillots de foot et des ballons ont encore fait l’objet d’une demande de l’école pour les enfants. Nous remercions vivement le Secours Populaire pour leur don. Au niveau des fournitures, des règles de 1 mètre, des map-mondes et du tissus ont été financés. 

6. les femmes

Pour les femmes, l’argent a été déposé sur le livret comme d’habitude. Leur gestion est exemplaire et cela suit son cours.

 

 

 

Jan 132017
 

Départ

C’est aujourd’hui le grand départ pour le Burkina Faso pour les membres du Secours Populaire et ceux de l’association Charleval Andelle Massili. 

Les bagages sont prêts. Visas, vaccins et anti-moustiques dans la poche, ils partent serein avec pleins de choses à voir sur place. 

Les villageois doivent les attendre avec impatience. Salif de-même. 

Eric va comme chaque année nous faire vivre l’aventure au travers du livre de voyage de l’association.

Bon voyage!!

Oct 072016
 

Une réunion se tiendra le 26 octobre 2016 avec le Secours Populaire de l’Eure pour préparer la mission XXIV. Trois bénévoles s’apprêtent à partir début 2017.

Comme chaque année, une mission au Burkina Faso va permettre des avancées significatives. Cette fois, l’inauguration des fameux bâtiments en voûte nubienne dont on vous parle maintenant depuis bien 3 ans et la mise en place de l’unité artisanale.

Au delà de l’aspect festif, cette mission sera conjointe avec le Secours Populaire avec lequel nous collaborons pour lancer l’Unité de production artisanale de Kinsi. Il est nécessaire que les porteurs du projet soient présents sur le terrain pour s’assurer du bon déroulé du projet.

L’association les guidera et leur présentera le village. 20 ans d’actions associatives au village a permis de nombreuses avancées que nous serons heureux de présenter. Cela va leur permettre une intégration facilitée.

L’idée principale de cette mission est de ramener les preuves pour la Région du bon déroulé de notre projet. Nous devons par conséquent acheter et installer les appareils dès aujourd’hui pour que lors de notre venue nous puissions prendre des photos. Salif est encore une fois la pierre angulaire de notre projet. C’est lui qui se chargera de contacter les entreprises et contrôler l’installation des appareils.

Pour info, une demande de subvention nécessite que le porteur de projet s’engage pour une période. Nous avions choisi la période de janvier 2016 à janvier 2017 pour ce projet. Il est donc impératif de poser les bases de l’UPA dès aujourd’hui.

Après quelques difficultés à avoir accès au compte bancaire, nous pouvons enfin savoir l’argent dont on dispose pour acheter ce dont nous avons besoin. La région ne verse jamais la totalité de la subvention. Nous devons donc nous tourner vers le Secours Populaire pour qu’il avance une partie de l’argent. Ceci vous explique ce laps de temps assez long entre la fin du chantier et l’achat des appareils. Le trésorier de l’association devrait dans les jours qui viennent opérer les virements.

De toute façon, si nous prenons en compte la saison des pluies au Burkina Faso, la réalisation des bâtiments finis en juillet et la pose des finitions en cours de réalisation, nous ne pouvions pas aller beaucoup plus vite.

Le photovoltaïque reste une priorité bien que ce ne soit pas le poste de dépense le plus important. Il sera surement possible d’acheter le soude sac ou d’autres appareils.

Pour résumer, de nombreux points restent encore à mettre en place comme :

  • le style de paillasse pour confectionner la farine,
  • Les machines : soude sac, moulins,…
  • ustencils : bacs de stockage, balais,…
  • gestion des eaux
  • grilloirs
  • le germoir…

 

 

Août 252016
 

Le Burkina Faso vit actuellement une saison des pluies dès plus rude.

Plusieurs articles de presse font état de rues entières inondées en plein de cœur de la capitale Ouagadougou. Le 20 juillet et le 9 août semblent être des dates où les eaux sont particulièrement montées.

Pour le moment nous n’avons aucune mauvaise nouvelle de Salif. Les voûtes ont l’air d’avoir tenu ce qui est encourageant pour la suite. Pour rappel, certains membres étaient particulièrement attentifs au choix du type de bâtiment notamment celui en terre crue. Ceci nous a permis d’initier un premier petit bâtiment pour tester et cela semble avoir tenu depuis presque 2ans. Maintenant que les cinq grands bâtiments sont construits, nous avons confiance quant à la pérennité de notre projet.

 

Mai 172016
 

Des nouvelles nous arrivent régulièrement par Salif, notre correspondant.

Sans Salif, nos projets ne pourraient pas avoir lieu et nous le remercions vivement pour tout ce travail pour Kinsi.

Aux nouvelles, le bâtiment est fini et l’acompte pour les portes et fenêtres a été versé. L’ensemble du bâtiment sera ainsi clôt avant la saison des pluies. Nous étudions actuellement l’étape suivante qui est la mise en place de l’ensemble des fournitures nécessaires à l’installation de l’unité de production : moteur, moulin et système photovoltaïque.

Il ne faudrait pas croire que le projet s’arrête à un bâtiment. C’est maintenant que les défis techniques devront être relevés car le système photovoltaïque est un gros point à étudier. Quelle taille? Quel système pour alterner le courant? L’ensemble de ces questions sont déjà à l’étude depuis plusieurs années.

Pour rappel, la mission XXIV aura lieu en janvier-février 2017 et devra poser les questions sur tout l’aspect pratique (ustencils, paillasse, grilloirs…)

DSC00280 DSC00279 DSC00278

 

Mar 262016
 

Sans plus attendre, voici les photos des voûtes nubiennes envoyées par Salif. Ces photos datent un peu. Le chantier a du bien avancer. La fabrication des portes et fenêtres a été commandées il y a 3 semaines. Donc il est fort probable que la voûte est en construction. L’idée est que l’ensemble des bâtiments soient  finis avant la saison des pluies. Et il y avait urgence à créer les briques puisque la saison sèche avance et il n’y a plus beaucoup d’eau dans le marigot. Mais tout est bon maintenant. Eric met des infos sur le blog de temps en temps.

 

Les voutes de l'UPA

Les voutes de l’UPA

??????????????????????????????? ??????????????????????????????? ??????????????????????????????? ??????????????????????????????? ???????????????????????????????

L'UPA est en bonne voie de finalisation!

L’UPA est en bonne voie de finalisation!

??????????????????????????????? ???????????????????????????????

Mar 102016
 

Comme chaque année, nous organisons au mois de mars une fête pour la journée internationale des femmes puisque le Burkina Faso est l’un des rares pays au monde à décréter ce jour férié. Ce sera l’occasion de faire le point sur la mission XIII et préparer en conséquence la mission XIV.

De nombreux points seront à questionner :

1) La construction du bâtiment  d’ores et déjà lancée.

2) La gestion sanitaire (dalles, gestion des eaux, puits, ustencils, carrelage,…)

3) L’évaluation du premier bâtiment en voûte nubienne

4) Les nouvelles, car à chaque mission nous découvrons des choses nouvelles au village…

5)…

 

Tous à l'Algeco pour fêter les femmes

Charleval Andelle Massili fête les femmes à l’Algeco

Fév 232016
 

Cette année nous investissons la salle polyvalente de la Madeleine d’Evreux – Place John Kennedy en espérant qu’il y aura du monde pour voir la présentation de la mission XXIII.

A rappeler que le projet de l’UPA est porté par le Secours Populaire. C’est donc avec plaisir que nous nous joignons à eux pour organiser cette soirée.

Soirée à la salle polyvalente de la Madelaine

Affiche de la soirée afrciane organisée par le Secours Populaire

Fév 202016
 

La mission XXIII a eu lieu du 4 février au 15 février. Ce fut une réussite encore une fois. Les attentats du 15 janvier n’ont pas perturbé outre mesure les objectifs que nous nous étions fixés. Le temps du séjour a été un peu raccourcis. La date de départ vers Ouagadougou a été reculée de deux jours et la date de retour avancée d’une journée. Trois jours en moins, c’est toujours handicapant mais les objectifs ont toutefois été remplis.

Après l’ensemble des devis récoltés pendant l’année 2015 et la demande de subvention accordée par la Région, cette mission est le prolongement de la mission XXII. Durant cette année 2015, nous avons pu voir que le bâtiment voûte nubienne du moulin à mil déjà créé en 2014, est en bon état. Il est la fierté du village. 

Nous avons pu constater que les villageois ont totalement compris les objectifs de l’association et s’approprient les projets. Face au terrain alloué pour le bâtiment, Eric a pu adapter les plans préparés en amont. Suite à cela le maçon a supervisé le plan d’Eric pour qu’il réponde aux contraintes architecturales de la technique en voûte nubienne. Il devrait pouvoir commencer dans les semaines qui viennent la construction des murs.

Comme à chaque fois, les inconditionnelles dépôts d’argent sur le livret des femmes de vente de karité, l’achat d’artisanat, le dépôt de vêtements au dispensaire et des fournitures à l’école, ont été des moments forts de cette mission. Seul des maillots de foot et des ballons ont été donnés à l’école car nous concentrons nos efforts financiers sur le projet BAMISA.

Les panneaux photovoltaïques et la supervision des futures portes et fenêtres de l’unité ont été étudiées avec des professionnels. Des précisions devront être données en temps voulu.

Monsieur Yanogo du Centre Ecologique Albert Schweitzer s’est déplacé à Kinsi pour voir avec Eric et Natacha comment les villageois pourront produire du Soja. Il ne devrait pas y avoir de problèmes puisque la parcelle retenue pour la culture du Soja sera la même que celle pour le sorgho.

Mais outre les aspects techniques du projet BAMISA, cette mission fut la première où des membres de l’association ont dormi au village. En mémoire au fondateur de Charleval Andelle Massili, Guy Pesier, mort en octobre 2015 , une fête a été organisée et les membres ont décidé de faire comme lui en son temps.

Les villageois ont beaucoup apprécié ceci et nous considèrent maintenant comme faisant partie du village.

Notre objectif maintenant est de suivre avec Salif les avancées de la construction du bâtiment. Nous devons préparer la mission XXIV qui verra une fête organisée pour l’inauguration du bâtiment. De nombreux points techniques devront être abordés lors de cette mission : comme l’installation photovoltaïque, les tables et paillasses, les ustencils, les points d’eaux et les portes et fenêtres.

D’autres questions comme l’échappement de l’eau ou l’utilisation de la cour pourront être abordés.

Pour finir, voici quelques nouvelles :

  • Nous tenons à informer que la couturière n’est plus au village. Elle est partie à Ouagadougou.
  • Les lampes solaires sont très appréciées.
  • Les sachets Bamisa ne sont plus distribués au centre sidaction mais au Centre Ecologique Albert Schweitzer.
  • Monsieur Yanogo n’a pas distribué les tubes pour les pompes à pied. Mais il a affirmé à Eric que Salif pouvait venir les chercher quand il voulait.
  • Le maçon voûte nubienne a changé car Salif n’était pas sûr de lui.